Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

Micro et Nanomédecines Translationnelles

Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    Soutenance de thèse de Mlle Anne-Claire GROO

    Soutenance de thèse de Mlle Anne-Claire GROO

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Send by mail


      Separated by coma
    • Print this page

    13 December 2013

    10h, Amphi Germain, Faculté de Pharmacie,

    Directeur de thèse : Pr. Frédéric Lagarce

    Résumé :

    Cette thèse porte sur l’optimisation d’un nanovecteur lipidique (LNCs) encapsulant le Paclitaxel (Ptx), destiné à la voie orale. Nos travaux se sont focalisés sur la diffusion des LNCs dans le mucus, une barrière à franchir avant l’absorption des médicaments, dans le but d’améliorer la biodisponibilité du Ptx. La première partie de notre travail consistait à étudier le comportement des LNCs dans le mucus intestinal de porc. Les LNCs sont stables dans le mucus pendant au moins 3h à 37°C, et leur diffusion à travers une couche de mucus est plus facile que celle de la formulation commerciale de Ptx (Taxol®). A l’aide de modèles 2D et 3D, nous avons pu montrer que les LNCs de charges neutres ou positives étaient de meilleurs candidats pour traverser le mucus, à savoir : des LNCs classiques, des LNCs contenant du chitosan et des LNCs avec des chaînes de PEG à leur surface (par post-insertion de DSPE-PEG amino 2000). Les profils pharmacocinétiques et l’efficacité des formulations sélectionnées ont été évalués chez le rat. La modification des LNCs de Ptx avec du PEG amino a amélioré la biodisponibilité orale du Ptx, mais sans efficacité anti-tumorale. L’efficacité des colloïdes n’est donc pas toujours proportionnelle à l’aire sous la courbe concentration-temps. En revanche, les LNCs classiques de Ptx ont montré une efficacité par voie orale, sur une tumeur résistante au Taxol®, ce qui nous laisse à penser que ces vecteurs restent intacts dans la circulation générale après absorption et permettent une bonne accumulation tumorale. Néanmoins, leur biodisponibilité reste encore insuffisante, certaines optimisations restent encore à réaliser pour prévoir une application clinique.